Yohan Lidon soigne le retour du Muaythai Fighting Championship 8

Crédit photo : Olivier Angelini Le gymnase Maurice Baquet affichait complet jeudi soir à Roussillon. Pour la première fois de son histoire, cette petite bourgade accueillait une soirée pieds-poings. Et ce pieds-poings-là c’était la version grand format avec un chef d’orchestre : Yohan Lidon ! Organisateur aguerri a donné de sa personne sur et en dehors du ring pour que tout se passe comme il faut. C’était un sacré challenge pour le bûcheron qui a fini la soirée en démontant la structure qui amenait les boxeurs au ring.

Bien entendu, il n’est pas question pour lui de ne pas combattre dans son show. Chef de file de la team Nasser Kacem, il était en main event du 8ème opus et on se demande comment il a pu gérer tout ce qu’impose une telle organisation. Et pourtant il n’a pas manqué son rendez-vous avec le ring face à l’italien Dolghi Constantin.

Fabrice Tiozzo ne s’est pas contenté du rôle de parrain de la soirée. Lié par le ring et l’amitié avec Yohan Lidon, il s’est occupé personnellement des bandages du bûcheron ! 

Dans ce combat retour, Lidon a imposé son métier mais aussi sa puissance face à un adversaire valeureux mais qui n’a rien pu faire contre la détermination du français. Yohan Lidon tire un bilan positif avec ce double retour organisateur / boxeur. D’autres éditions vont suivre durant la saison et avec ce 8ème opus, l’avenir s’annonce plus que radieux.

Karim Bennoui vole la vedette

Admiration ! C’est le sentiment qui prédomine quand on évoque la prestation de Karim Bennoui face au très solide Angel Chavdarov (Italie). Quelle classe dans les gestes, quelle intelligence de ring et quelle efficacité. Karim n’est pas un chirurgien mais un artiste du ring. Le travail de cadrage qu’il maîtrise à merveille est tout simplement bluffant. Qui dit cadrage dit frappe ! Que ce soit en poing, en genoux ou jambe, il touche à chaque fois. Chavdarov a souffert dans les jambes, au corps et à la tête assurant tout de même avec des frappes lourdes et une masse physique impressionnante. Qu’a cela ne tienne, le timing était aussi côté français qui a placé des crochets redoutables. Vainqueur de ce combat Karim Bennoui a forcé l’admiration de tous avec une aisance incroyable alors qu’il a pris de plein fouet la période sanitaire qui a frappé le Monde. Il est déjà en très grande forme et ses opposants à venir sont prévenus !

Touré, Mekki, Hamlaoui, trio gagnant !

Pascal Touré, Rayan Mekki, Yassine Hamlaoui ont parfaitement rempli leur contrat pour ce qui constituait leur retour à la compétition. Pascal était opposé à l’expérimenté Franck Kanate que l’on a pu voir à plusieurs reprises en France. La puissance du « nassérien » lui a permis de plier la rencontre en 1 round. Kanate a d’abord été compté une 1ère fois puis une seconde dans laquelle l’arbitre a mis fin à la rencontre. Rayan Mekki et Yassine Hamloui ont pour leur part fait mal, user leur adversaire respectif (Mirko Clorioso et Nahib Souahil) avec des techniques qui leurs sont propres : les coudes pour Rayan, les genoux pour Yassine. Les deux fights se sont soldés par des arrêts médicaux !

Retour difficile pour Brandon Vieira et Yuksel Ayaydin

Pour Brandon Vieira et Yuksel Ayaydin, la soirée a été plus difficile preuve au passage qu’aucun cadeau n’a été fait dans le matchmaking. Brandon avait face à lui, Luca Grusovin frappeur redoutable sans aucun doute transfuge de la boxe. Ce dernier a fait compter son adversaire et fait mal avec des combinaisons après avoir serré les dents dans la 1ère en encaissant les low-kicks adverses. Pour Yuksel le challenge était double : faire son com-back et combattre chez les mi-lourds. Ayaydin s’est montré fidèle à lui-même : volontaire et généreux mais les coups d’Andréa Rigamonti ont fait leur effet. « Yux » est reparti courageusement à la charge après avoir été compté dans la 1ère. Mais il n’a pas complètement récupéré et l’italien ne s’est pas privé d’abréger la rencontre dans la suivante, laissant clairement Ayaydin frustré de ne pas s’être exprimer comme il l’aurait voulu.

Yann Coquet lance sa saison par une victoire

Chronologiquement, Yann Coquet disputait le 1er combat pro de la soirée. Face au marocain Amin Etayeb, le troyen a bien entamé son combat avec des frappes lourdes au corps. On pensait même que le match aurait pu basculer dans la seconde reprise mais c’était sans compter sur le fighting spirit du marocain qui n’a rien lâché et s’est montré dangereux jusqu’au coup de gong final !

Les frères Diaf signent un doublé !

Amine et Medhi Diaf étaient côte à côte au programme du MFC 8. Le premier nommé chez les juniors a dû batailler pour s’imposer sur le fil face à Ryan Amrouni solide et redoutable avec ses genoux. Medhi pour sa part a fait la différence avec son efficacité et mis à mal Dylan Depha qui s’inclinera au terme des 3 rounds prévus.

Author: Admin