Villejuif Boxing Show 3 ou la dimension d’un succès

Crédits Photos: E.Y Studio Succès : Résultat heureux obtenu dans une entreprise, un travail, une épreuve sportive, etc. (le petit Larousse). C’est bien la définition qui colle le mieux au Villejuif Boxing Show 3 tant de l’ambiance aux combats la symbiose fût parfaite. Pascal Arène et l’Académies des boxes ont réussi leur pari de proposer un événement pieds-poings enflammé et équilibré qui largement dépassé toutes les espérances tant l’intensité des combats a rythmé le show. De la boxe au K-1 en passant par l’ovation reçu par Christophe Tiozzo et du show de Lord Kossity (les deux hommes étaient parrains de l’événement) tout a été succès pour ce troisième opus qui en appelle un autre.

Requejo vs. Berthely, un vrai championnat du Monde

Quel championnat ! Mais quel championnat ! Cinq rounds d’anthologie que vous avez pu vivre sur Sport en France et vous que pourrez revoir prochainement. Jordi Requejo jeune boxeur, champion en titre n’a pas usurpé son statut loin de là. De l’autre côté, Christian Berthely s’est comporté en challenger et bien plus. Mais voilà, le ring a livré son verdict au terme d’un match époustouflant, véritable guerre de tranchées où aucun des deux n’a cédé. Jordi s’est imposé en allant bien au-delà de ses limites, Christian revenant sans cesse à la charge. On pensait que le français avait trouvé la faille dans la 3ème reprise où il a mis à mal son adversaire. Qu’a cela ne tienne, l’espagnol a été magique dans ce championnat du Monde WKN.  Il a fait montre d’un mental incroyable et d’un fighting spirit à toute épreuve. Quel combat ! C’est le genre de match qui bascule sur des beaux gestes, des détails et des parpaings monstrueux. Les deux hommes ont été hors norme dans ce registre, échangeant de plein fouet sans jamais reculer ou lâcher. Rien que pour l’envie de revivre des sensations fortes comme celles de samedi soir, une revanche s’impose titre en jeu Berthely le mérite pour sa prestation, Requejo le mérite car c’est un challenger digne de son rang !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les frères Kebir, la gagne dans le sang

Amine et Adel Kebir ont la gagne dans le sang. Les deux frères étaient côte à côte sur le programme et chacun a relevé son défi. Dans la chronologie des faits, c’est le cadet Adel qui a ouvert la partie pieds-poings de la soirée. Opposé au très solide et très bon Dylan Brown, Kebir a offert un match débridé non sans mal face à un adversaire dur au mal et dangereux jusqu’au bout. Amine a lui aussi dû composer avec la fougue adverse. Cyril Cereyon bien que compté dans la 1ère reprise, est bien revenu dans le match notamment dans la 3ème reprise où il a fait parlé ses poings, Kebir offrant une boxe plus complète qui lui a permis de s’adjuger le gain de la rencontre. La soirée fût bonne mais éprouvante physiquement pour les deux frères Kebir qui revenaient à la compétition.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Gerbet et Kamara enflamment Les Esselières

Ce match n’est pas sans rappeler un certain Bellonie – Duarte d’il y a quelques années. Pourquoi ? Parce que les deux hommes sont à un stade identique de leur carrière affichant la même envie. Benjamin Gerbet et Madické Kamara  ont offert le meilleur match de la soirée, un match à l’ancienne à mi-distance. Pas de manière, pas de faux-semblants, les deux hommes se sont éprouvés dans les jambes durant les 3 reprises ponctuant avec des genoux et un travail des deux mains. Gerbet voulait tirer sa révérence avec la manière sans avoir de regrets par la suite. En Madické, il a trouvé un frère d’arme mais comme toujours entre les cordes, les choses se font dans la douleur, dans la sueur et parfois dans le sang. Benjamin s’est imposé grâce à une efficacité plus conséquente mais pour lui l’essentiel était ailleurs. Se faire plaisir une dernière fois devant les siens qui s’étaient déplacés en nombre. Madické Kamara a été un adversaire plus que valeureux ! Il a été grand dans la manière de faire mais aussi dans l’attitude totalement fair play à l’égard de son adversaire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Barbot prend l’Europe avec la manière

Christelle Barbot attendait ce rendez-vous, prête comme jamais. C’était son premier championnat d’Europe WKN face à la solide polonaise Katarzina Jawozrka. Cette dernière qui rendait quelques centimètres à la française, n’est pas parvenue à amener les débats à sa distance. Bien au contraire, Barbot a travaillé en ligne, allongeant parfaitement ses segments pour ne pas se mettre à portée de frappes. Le game plan était parfait et Christelle n’en est jamais sortie pour devenir pour la première fois, championne d’Europe. Et c’est émue qu’elle a ceint cette ceinture, avouant qu’elle réalisait un vrai rêve.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Deghir et Benredjem, à chacun son style

Ramy Deghir et Ryad Benredjem ont participé pleinement au succès de ce VBS 3. Ramy a du s’employer comme il faut face Steven Mendes Furtado coaché par un certain Karim Ghajji. Les deux hommes étaient opposés dans le physique et la manière de faire. Aux techniques de jambes redoutables du second, le premier a opté pour un pressing constant qui a payé. Ryad frappe fort, très fort et c’est Léo Chaplain qui en a fait les frais malgré une bonne entame. Contreur redoutable Benredjem a plié la rencontre dans la 1ère reprise.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Pour le seul combat pancrace de la soirée, le surprenant Yacine Mansour (il disputait son premier combat dans ces règles) s’est imposé par décision face au plus expérimenté Philippe Lony. Yacine a clairement été le plus actif dans ce combat, annihilant comme il faut les tentatives de son adversaire.


Hemat et Sidibe se neutralisent !

Elsa Hemat n’a pas gagné au change face Myriam Sidibe. Cette dernière avait accepté la rencontre la veille et elle n’était pas venue faire de la figuration. Dans cette opposition de styles, Sidibe a offert une boxe tout en mobilité usant à merveille de son jab. Hemat a eut plus de mal à entrer dans son combat. Prise de vitesse, ce n’est que dans la 3ème reprise qu’elle a pu placer des coups puissants, Myriam étant moins mobile. Elsa a tenté le forcing parvenant à arracher le nul devant Myriam Sidibe qui a pleinement joué son rôle de joker. Il faut noter que la partie noble art a été particulièrement animé. Il n’y a pas eût un combat sans rythme ou sans engagement. La palme revient au choc qui a opposé Hacene Oul Yahia à Ionut Berinde ! Quelle rencontre ! Ionut Berinde s’est montré chirurgicale, Hacene Oul Yahia solide et généreux.

Rappel des résultats

  • Ionut Berinde bat Hacene Oul Yahia aux points
  • Lassana Konate  bat Wallid Moussa aux points
  • Enzo Miserandino bat Martin Janbon aux points
  • Camilla Bafigo bat Sandy Picard aux points

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Author: Admin