Connect with us

A la une

Morocco kick fever !

Published

on

Crédit photo : Glory Kickboxing Le Maroc n’a pas seulement offert à la planète quelques-uns des meilleurs kickboxers, c’est aussi un des pays où le kickboxing déclenche les passions les plus exacerbées. A chaque soirée mettant aux prises un marocain, c’est la Morocco KicK Fever ! Et si Badr Hari fait figure de dieu vivant du ring, l’histoire remonte à quelques années avant lui avec des boxeurs comme Khalid Rahilou, Mustafa Lakcem, Hassan Kassrioui. Tous sont déclencheurs d’engouement national !

Le public marocain est fabuleux de générosité. C’est de loin le meilleur public de la planète et sa passion folle pour ses champions, le pousse parfois à vouloir des matchs inattendus. Dernière envie en date, un match entre le Bruce Lee marocain Hicham Mallouli et Badr Hari. Quand un marocain combat, c’est tout simplement fou dans les tribunes. C’est la ferveur marocaine dense et enjouée et elle fait un bien fou. Elle doit inspirer les autres publics de la planète notamment en terme de soutien aux champions. Animateurs des réseaux sociaux, le fan marocain pousse son analyse au plus loin, de manière parfois limite il est vrai.

A elle seule, la diaspora marocaine rempli les plus grandes salles pour soutenir ses champions à travers le monde. L’exemple le plus concret, ce sont les 33.000 personnes présentes pour Verhoeven vs Hari 2. Au deux tiers marocain, le public a fait entrer dans l’histoire ce match revanche. Véritable influenceur, cette union sacrée des fans est un bienfait pour les athlètes. Les promoteurs ont bien saisi la manne financière qu’engendre la présence des têtes d’affiches marocaines.


33.000 personnes s’étaient pressées pour assister à la revanche entre Badr Hari et Rico Verhoeven. Au deux tiers, le public était marocain !


Ce phénomène est valable aussi pour les boxeurs turcs qui peuvent s’appuyer sur leur public partout où ils boxent. Evidemment, en cette période de Covid, les salles sans public sont des tortures pour quiconque aime le kickboxing. Imaginez un instant le vide qu’il y a pour le public marocain qui n’attend qu’une chose, remplir les salles et pousser ses boxeurs comme un seul homme.

A la une

Master Tour 2021 : du light et du plein contact !

Published

on

By

En proposant 2 éditions du Master Tour à quelques jours d’interval, la ligue Auvergne Rhône Alpes innove de nouveau pour proposer à tous la possibilité de s’exprimer sur des tapis ou dur un ring. Voilà pourquoi le Panda Master Tour est décliné en Panthère Master Tour : nous passons clairement du light contact au plein contact avec un règlement quelque peu différent entre les deux compétitions.

800 compétiteurs ont participé au 1er Panda Master Tour en 2019

Si au Panda chacun pourra faire toutes les compétitions qu’il souhaite, ce ne pas au Panthère, il y va de l’intégrité physique des athlètes qui vont y participer. Donc pour le plein contact, il sera possible participer qu’à une seule discipline durant la compétition.

Le Panda Master Tour avait été un vrai succès il y a 2 ans, une vraie fête du pieds-poings voulue par Nabil Mazari le président de la ligue. En proposant un concept gratuit comme le Master Tour, il veut répondre aux attentes de compétition des combattants par un événement populaire à souhait. L’affaire n’était pas gagné d’avance mais il a su convaincre et obtenir le soutien des collectivités locales. Le maire de Valence, monsieur Nicolas Daragon s’était déplacé pour venir en personne féliciter la ligue pour ce premier succès. Le Panthère Master bénéficie du même soutien à Saint Etienne, de la part du 1er édile de la ville, monsieur Gaël Perdriau.

Steven Denizot, l’homme de l’ombre et bras droit de Mazari, s’est nourrit de cette 1ère édition pour proposer un 2ème opus encore plus rodé afin que tous prennent du plaisir à participer. Il est habitué à ce genre de compétition sur plusieurs jours. Il connaît les rouages, sait répondre aux imprévus même quand les décisions ne font pas forcément l’unanimité.

Alors ces 2 week-ends sont à noter sur vos agendas. Le Panda Master Tour (30-31 oct – 1er nov) et le Panthère Master Tour (du 11 au 13 nov) ont pour vocation de promouvoir le pieds-poings mais également relancer la dynamique de combats chez les amateurs qui ont eux aussi subi la crise sanitaire de plein fouet.

Continue Reading

A la une

Et si l’UFC faisait le même coup pour Doumbe au Glory ?

Published

on

By

C’est un secret de polichinelle que de dire que Cédric Doumbe pense à l’UFC pour la suite de sa carrière. Il travaille son sol depuis plusieurs années, il est apparu dans le show de Joe Rogan l’interviewer officiel de l’UFC qui l’avait félicité après sa victoire au Glory 77. On a pu le voir avec  Khabib Nurmagomedov dans un gym. Il ne faut pas oublier le défi fait à Usman Kamaru, sa présence en vip à l’UFC 241. La question se pose : Et si l’UFC faisait le même coup pour Doumbe au Glory ?

Nous pouvons dire que des liens sont créés et le manque de challenges au Glory pour Doumced, ajouté à la signature d’Alex Pereira, ne font que renforcer une certitude : son avenir se fera dans l’octogone US. Showman et communiquant hors pair, Cédric a tout pour plaire aux américains même s’il va devoir convaincre avec des victoires spectaculaires.

L’UFC a besoin de se renouveler dans des catégories prisées comme celle des welters où justement règne sans partage Usman Kamaru (il va affronter pour la 2ème fois Colby Covington le 7 novembre prochain et reste pour l’instant invaincu à l’UFC).

Bien évidemment, si l’Ultimate Fighting Championship parvient à enrôler Cédric Doumbe dans ses rangs, il n’aura pas droit au title shot d’emblée. Cependant Doumced n’est pas n’importe qui ; son statut de meilleur kickboxer de la planète toutes catégories confondues lui confère une position particulière qui se monnaie et qui se respecte. L’UFC va devoir trouver des combattants attractifs pour se développer en France et Doumbe l’est plus que n’importe qui.

S’il partait du Glory ce serait une catastrophe. Cédric s’en irait avec le titre et chacun sait que pour prétendre à sa couronne, il faut le battre. Sans lui, sa division perdrait toute crédibilité puisqu’il a battu tous ses prétendants. Le Glory peine clairement à conserver ses champions et maintenir l’équilibre dans certaines catégories. Celle des lightweights a été décimé au profit du One Championship qui présente prochainement un tournoi à 8 qui n’a rien à envier aux grands tournois du K-1 World Max.

Les mois à venir s’annoncent riche en rebondissements autour de Cédric Doumbe. Il y a cette collaboration avec le MMA Factory lancée en décembre 2017. Un élément de poids dans l’avenir de Cédric qui, en avant gardiste de génie, sait déjà ce qu’il veut d’autant qu’il signe ses posts sur les réseaux sociaux de nombreux hashtags dont #mma #ufc #bjj !

Continue Reading

Trending