Connect with us

Reportages

Glory 77 : des décisions qui font débats !

Comment Artem Vakhitov et Donegi Abena ont-ils pu être déclaré perdant ? Comment a-t-on pu retirer le titre de champion des light heavyweight du premier nommé ? Comment a-t-on pu freiner l’ascension du second qui avait pris les 2 premières reprises pour les juges du Glory. Ces deux décisions sont clairement controversées et n’ont pas d’explications valables.

Alex Pereira était le premier surpris quand l’arbitre lui a levé le bras. Dangereux avec ses genoux, ses circulaires puissants, il a souvent rencontré les gants de Vakhitov qui lui est monté crescendo au fil des rounds. La précision en anglaise (ndlr : poing) et ses low kick auraient dû donner le verdict au russe. Il faut comprendre que les juges l’ont vu perdre la troisième reprise qu’il a pourtant dominé. Luis Tavares également a été presque étonné même si il avait lever les bras au coup de gong final. Donegi Abena a livré le match qu’il fallait, se montrant pondéré et plus précis (Tavares a raté ses 4 coups de pied retourné au corps). Le comble c’est que les juges donnent les 2 premières reprises à Abena et il perd quand même le combat.

Le Glory n’en sort pas grandi, loin de là ! Il n’y a aucun logique dans ce qui a été annoncé sur ces deux matchs. L’ultra-communication autour des Pereira (Aline disputait un title shot face à Tiffany Van Soest qui a dominé de la tête et des épaules un débat à sens unique) tend à penser que l’organisation lorgne vers le Brésil pour d’éventuels événements et pour cela il faut des brésiliens en haut de l’affiche. Pour Abena, il n’y a pas d’explication si ce n’est un vol manifeste. Il faut noter qu’après ce match, la diffusion du scorring des juges a été stoppé ! Ce n’est pas avec ce genre d’attitude que seront levées certaines suspicions. Comment peut-on perdre un combat de trois rounds quand on a remporté les deux premiers ? Vous avez deux heures pour répondre à ce problème !

Plus sérieusement, le Glory montre des signes inquiétants ! La programmation est loin d’avoir tenu ses promesses. Le match des super bantamweight n’avait pas de raison d’être, le tournoi a clairement été monté autour de Rico Verhoeven avec 4 hollandais dans dans le quatuor. Et puis sont venus s’ajouter ces verdicts à l’envers qui jettent le doute sur la crédibilité du circuit. Même le déroulement de la soirée prête débat. Elle a été étendue sur 4 heures avec une multitude de diffusions de trailers et autres interviews qui ont allongé au-delà du raisonnable les séquences entre combat.

Le bilan est clairement moyen pour ce 77ème opus qui n’a pas été épargné par le Covid, il faut le rappeler. Néanmoins, le Glory avait habitué les fans à mieux et il va falloir se servir de cette soirée pour rectifier le tir et corriger ce qui ne vas pas. Sinon, le public pourrait bien prendre la poudre d’escampette et regarder ailleurs si l’herbe est plus verte !

Reportages

Lionel Spica relance la dynamique en PACA

Il y a quelques jours dans son fief de la plaine des sports de Chateauneuf Les Martigues, Lionel Spica a relancé la dynamique du pieds-poings avec le Choc Des Etoiles 5 qui a offert son lot de surprises et de sensations fortes. Le promoteur du CDE avait mis les petits plats dans les grands pour que la fête soit totale et elle le fût. Une fois n’est pas coutume, c’est le travail de l’organisateur qui est mis en exergue, tant il a dû faire des efforts colossaux pour arriver à mettre en place ce projet.

Si vous pouvez retrouver les vidéos des combats sur la chaîne youtube de VXS Production, l’analyse s’impose d’elle même ! Spica a réussi son pari pas loin d’être risqué avec la crise sanitaire actuelle. Matchmaking d’une justesse absolue, spectacle autour du ring, Lionel a travaillé d’arrache pied pour proposer ce 5ème opus qui avait une saveur particulière.

Crédit photo : Marc Santoni

Des surprises et des exploits

Sur le plan sportif, c’est clairement Fabio Loisi qui a raflé la mise avec ses deux victoires qui lui ont offert le tournoi. « J’ai commencé ma carrière pro ce soir ! (ndlr : 10 juillet)  » dixit l’intéressé qui s’est payé le luxe de battre Xavier Flotas et Luc Genieys dans la même soirée, ce qui n’est pas rien. Il y aussi ce KO signé par Mohamed Cheboub face à Nasser Boungab : ils étaient peu à avoir imaginé ce scénario. Clément Adrover a pour sa part damé le pion à Mathis Djanoyan pour une partie pieds-poings pros qui n’avait rien à envier aux grandes organisations. En alliant la boxe et le K-1, Lionel Spica a fédéré le plus grand nombre autour de son organisation.

Un show familial plus que prisé

En affichant complet ou presque Lionel Spica a répondu aux attentes du public, des fans et des familles venus voir le fils, le neveu, le cousin combattre. C’est ça sa force : offrir une soirée à dimension humaine avec des combats de haut niveau. Ce n’est pas donné à tout le Monde ! Il ne suffit pas de proposer un show dans une grande salle pour qu’il soit réussi. Spica a choisi la proximité entre le public et le ring et ça marche. L’alchimie a pris et les absents avaient tort ce soir-là.

Un bilan parfait

Lionel Spica peut s’enorgueillir d’avoir attirer les regards vers sa région, la région Provence Alpes Cote d’Azur. En soignant le programme qu’il a voulu le plus large possible notamment en terme de niveau. L’éclectisme disciplinaire coûte cher mais il est une garantie de succès. Mordu de ring, Spica est resté fidèle à sa passion et l’a partagé un peu plus encore. Ce Choc Des Etoiles 5 a été particulier car c’était en quelque sorte une renaissance après une période sombre qui marque historiquement nos disciplines. C’est un bel exploit qui mérite d’être souligné !

Marc Santoni PhotSports

Continue Reading

Reportages

COVID 19 : L’inquiétude des salles de sport

« Le fait, pour un exploitant d’un lieu ou établissement, le responsable d’un événement ou un exploitant de service de transport, de ne pas contrôler la détention par les personnes qui souhaitent y accéder (du pass sanitaire) est puni de 1 an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende » Voilà le texte de loi qui a été proposé au conseil des ministres mercredi passé ! Aussi subite qu’inattendue, c’est une loi qui fait grandir l’inquiétude des dirigeants de salles de sport qui ont déjà bien souffert ces derniers mois.

C’est surtout l’inquiétude de voir partir ses adhérents mais aussi de se retrouver dans l’incapacité de tout gérer qui grandit. Difficile de faire le « gendarme » dans des lieux où les licenciés sont aussi des clients. Des manifestations ont lieu un peu partout en France contre le pass ! Comment un coach pourrait contraindre une personne qui fréquente sa salle se faire vacciner alors que l’état n’y parvient pas ?  D’autant que la situation et complexe et c’est assez difficile de s’y retrouver.

Il faut savoir si la loi sera adoptée ou pas et si le mouvement sportif sera épargné. Une chose est sure, la sérénité n’est pas de mise même en cette période estivale où la fréquentation des gyms est moins forte.

Continue Reading

Women Ranking

Men Ranking

Trending