Coup de gueule : la WAKO et rien d’autre !

On pensait les amateurs protégés de la profusion des titres internationaux, il faut hélas constater que non ! Après une semaine de mondiaux WAKO où la France a remporté 4 médailles (1 en or, 1 en argent et 2 de bronze), on a pu assister à une parodie de compétitions internationales qui ont balancé des ceintures de champion du Monde en veux-tu en voilà !

Que les jeunes athlètes aient besoin de compétition, cela peut se comprendre. On peut même comprendre la participation à ces structures moindres mais de grâce ne retenez que la victoire s’il y a victoire et en aucun la ceinture sans valeur. Il faut rappeler qu’un athlète de l’équipe de France passe par toutes les étapes pour intégrer les bleus.

La WAKO a accueilli 1600 athlètes venus de 68 pays durant ses derniers mondiaux de kickboxing !

Cela veut dire qu’avant de prétendre à une place en sélection, il faut passer par les championnats régionaux et les championnats de France. La WAKO impose cela pour crédibiliser ses titres. A l’instar de l’IFMA pour le muaythai, il n’y a pas de passe-droit d’une manière générale. Sans cela, on se retrouve avec des « champions » qui n’ont même décrocher un titre régional.

Il faut se réveiller ! Les coachs qui cautionnent cela et mentent à leurs athlètes devront assumer le nivellement par le bas du kickboxing français. Encore une fois il faut saisir l’opportunité de combattre pour ses compétiteurs mais pas leur faire croire qu’ils sont plus forts que les autres parce qu’ils ont une ceinture autour de la taille. Il y a surement des jeunes talentueux mais alors il faut les engager dans les championnats proposés par la FFKMDA.

Le paradoxe français réside dans cette faculté à se plaindre quand les choses ne sont pas faites et à passer outre quand des championnats crédibles sont proposés. Il est plus aisé de choisir la facilité ! En faisant ce choix, le message qui est passé aux jeunes est des plus mauvais. Qu’en est-il de l’esprit de compétition qui animait jadis les salles ?

C’est un chantier sur lequel il va falloir se pencher. Et pourquoi pas ne pas instaurer une charte auprès des clubs pour les sensibiliser sur les ravages que causent ces fédérations  qui n’ont pas le rayonnement international pour prétendre à décerner des titres mondiaux. Le mot d’ordre c’est tous en bleus et pour aller chez les bleus, il faut passer par les compétitions proposées en France et les gagner. C’est aussi simple que ça !

 

Author: Admin