Collision 2 : Rico Verhoeven, roi des lourds

Même quand tu t’appelles Rico Verhoeven, c’est compliqué de se faire une place aux côtés d’un boxeur médiatisé comme Badr Hari (A titre de comparaison le premier nommé compte 10 fois moins de fans sur Facebook que le second). Véritable rock star du kickboxing mondial, Hari aspire vers lui les ondes positives mais également négatives c’est un fait. Pourtant l’histoire ne va retenir que les résultats : Rico Verhoeven a battu Badr Hari à 2 reprises. Boxeur bien sous tous rapports, Rico a été grand dans la victoire, humble devant un succès qu’il voulait différent.

Aurait-il battu Badr Hari si ce dernier n’avait été blessé ? La question restera posée éternellement. Ses low-kicks sont-ils à l’origine de la blessure d’Hari ? C’est clairement possible tant ses frappes ont été chirurgicales. Rico a offert un game plan moins appliqué plus basé sur la prise de risque. Verhoeven est entré dans l’histoire succédant au passage à Peter Aerts, Ernesto Hoost, Rémy Bonjasky à la tête de la division reine depuis plusieurs années.

Il n’a pas perdu depuis le 3 janvier 2015 et une défaite face à Andrei Gerasimchuk (au Kunlun Fight) qu’un certain Nordine Mahieddine avait battu auparavant. Verhoeven a enchaîné 12 succès de rang face à ses prétendants directs, un point que va devoir régler le Glory. Car trouver des challengers crédibles ne sera pas simple et finalement ça ouvre la porte à la nouvelle de poids lourd arrivé au Glory.

Rico Verhoeven a toujours ce déficit d’image, en atteste son bras de fer avec le circuit pour obtenir un 2ème match face au marocain avant de prolonger avec l’organisation de Pierre Andurand. Rien ne peut lui être reprocher sportivement parlant. C’est un méthodique, qui fait mal sur chaque coup. Ses frappes sont lourdes de conséquences pour quiconque accepte de les encaisser. L’homme est un monstre physiquement, capable de faire 5 rounds intenses. On l’a vu dans la deuxième qu’il remporte : quand il revient à ce qu’il sait faire, c’est très compliqué de résister.

Clairement le manque de ring s’est fait sentir pour lui aussi même si le match a été fabuleusement humain. Et oui, le public oublie trop facilement que l’on parle d’hommes pas de robots. Rico a eu des mots justes avant et après le combat. Et finalement, il est la première victime de l’abandon de Badr Hari. Il a d’ores et déjà accepté l’hypothèse d’un troisième match, preuve de sa volonté de battre comme il faut et avec la manière le marocain pour lequel il a le plus grand des respects.

Indéniablement, Rico Verhoeven a relancé la machine et il sera compliqué à détrôner. Même si de nouvelles têtes émergent. Le Glory est pressé par le temps mais doit impérativement laisser « éclore » ses nouveaux venus pour offrir des affiches crédibles. Une situation fragile qui ne doit pas occulter le fait que le champion en titre ne pourra pas boxer n’importe qui, sous peine de perdre en crédibilité sportive. Rien n’est simple au plus haut niveau !

Author: Admin