Connect with us

Reportages

Afterfight : en attendant la Fight Night !

Published

on

Crédit photo : Guillaume Leclercq / Un autre regard

En attendant l’opus 2016 de la Fight Night Saint Tropez, et bien attendant, il faut patienter. Et quand c’est Olivier Muller qui décide de faire patienter, il ne faut pas s’attendre à quelque chose d’ordinaire. Non le promoteur suisse fait les choses à sa manière et une fois encore, c’est un total succès.

Car s’il s’agit bien d’une after de la Fight Night 2015, il est difficile pour nous de ne pas évoquer le 4ème opus tant il était déjà bien présent dans toutes les conversations. Jérôme Le Banner et Yohan Lidon ont volé la vedette à toutes les personnalités présentes en se prêtant au jeu d’une pesée symbolique pour le plus grand plaisir de tous. Les deux hommes ont joué le jeu et savouré comme il se doit ces instants précieux où le boxeur est le héros de l’histoire.

L’ambiance était fantastique : avec Manu Lanvin qui a repris quelques uns des standards du rock et du blues, sans oublier le show pyrotechnique, magique comme jamais et cette programmation musicale hors norme ; le Baroque avait bel et bien des allures de grandes messes pugilistiques où la nostalgie aurait pu être de mise. Cette soirée rappelait combien à une époque la communion avec les boxeurs était importante pour le public, faisant de ces femmes et de ces hommes des stars.

Cela n’a pas échappé à Olivier Muller, qui connait les sacrifices faits par ces athlètes, méritant de surcroît une véritable reconnaissance auprès du grand public qui ne se fait pas prier.  Clairement, Yohan Lidon découvre un peu plus le star-système voulu par un organisateur très influent dans le monde du pieds-poings car si le boxeur a des devoirs, il a aussi des droits. Et celui d’être reconnu à sa juste valeur est un droit élémentaire. Les deux hommes qui ont choisi de s’unir dans une nouvelle aventure (Voir notre article Lidon – Muller : le début d’une ère nouvelle pour le bûcheron) sont plus que jamais sur la même longueur d’onde.

Une fois par mois, vous avez désormais rendez-vous au Baroque à Genève pour l’Afterfight, le rendez-vous incontournable des fans de la Fight Night Saint Tropez.

Continue Reading
3 Comments

3 Comments

  1. Pingback: ça parle de nous ! | Un Autre Regard

  2. Pingback: Dans le viseur, ça parle de nous ! | Un Autre Regard

  3. Pingback: Afterfight round 2 : Lord Kossity met le feu | Les Infos Du Fight

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reportages

VBS 3 : L’Académie des Boxes en pleine préparation

Published

on

By

L’Académie des boxes de Villejuif ne prend jamais les échéances à venir à la légère. Et c’est encore plus vrai quand il s’agit de combattre dans une soirée organisée par le club, le Villejuif Boxing Show 3. Alors tous les boxeurs sont en stage dans les Landes, à Seignosse pour un stage sur plusieurs jours où les organismes seront mis à rude épreuve.  Les adversaire concernés sont avertis.

Continue Reading

Reportages

Nordine Oubaali : une désillusion à tous les points !

Published

on

By

Il y a des soirs comme ça où le ring est impitoyable. Nordine Oubaali était invaincu chez les professionnels, champion du Monde WBC des coqs et puis tout s’en va. Injustement, terriblement ! Injustement parce Nordine mène un combat seul contre tous, sans le soutien qu’il mérite. La désillusion est profonde au-delà du ring. Pour l’expliquer il suffit de se rappeler de l’épisode du visa pour comprendre ce qu’a traversé Nordine pour disputer ce championnat du Monde : c’est l’avocat de la WBC qui est parvenu à l’aider pour qu’il puisse entrer sur le territoire américain..

Alors comment défendre son titre mondial dans ces conditions face à une icône comme Nonito Donaire ? Le philippin et ses 25 championnats du Monde disputés étaient des obstacles à la portée d’Oubaali dans de bonnes conditions. Oui Donaire est une légende ! Oui Donaire a marqué l’histoire en étant titré dans plusieurs catégories. Ce sont des éléments qui auraient dû pousser la France à aider son champion. Hélas il n’en a rien été.


Nordine Oubaali a disputé ses 4 championnats du Monde à l’extérieur. Une première dans l’histoire du noble art français.


Malgré une détermination sans faille, Nordine a pris de plein fouet les contres de Nonito habile et efficace. Ce dernier perturbé par la mobilité et le jab du poing avant du français a été intelligent. Il l’a laissé s’exposer pour mieux placer sa puissance de frappe. Et le calvaire a débuté pour Nordine compté 2 fois dans la 3ème reprise. La consigne d’Ali, son frère, était de rester calme et de reprendre ce qui s’était fait dans les 2 premiers rounds. Nordine s’est exécuté mais il n’avait pas récupéré des décomptes précédentes. Sur une belle série conclue par un uppercut, Nonito Donaire a pris la ceinture WBC. L’expérience a fait la différence dans ce duel engagé et on espère tous une revanche dans de meilleures conditions pour Nordine.

A la joie mesuré du philippin, s’opposait la désillusion du français bien conscient qu’il faut que tout soit réuni pour aborder un tel match. L’amertume chez ses fans est largement compréhensible au regard des sacrifices consentis par Nordine Oubaali pour arriver à ce niveau. Boxeur attachant, champion exemplaire il a dû se sentir bien seul ce soir même si l’aventure n’est pas finie. Nordine mérite le respect parce que c’est un grand champion et ce respect-là passera par des combats en France avec son public histoire de le remercier pour ce qu’il apporte au sport tricolore depuis tant d’années.

Continue Reading
Advertisement

Trending